LE BÉNÉVOLAT : UN SOCLE DE NOTRE ECOSYSTÈME

On a coutume – et à juste titre – de dire que les propriétaires et les parieurs, sont par leurs contributions, les piliers de notre Institution. On oublie souvent d’y ajouter les bénévoles sans lesquels les sociétés de courses ne fonctionneraient pas et sans lesquels le fondement de la Loi de 1901 n’aurait plus de justification.

Depuis que je milite dans les instances des courses, j’entends parler de la crise du bénévolat qui se traduirait inéluctablement par une forte chute des vocations susceptibles de pourvoir les différents postes de responsabilités au sein des sociétés de courses, principalement en région. On a eu longtemps tendance à noircir le tableau mais il est juste de souligner que le bénévolat a tendance à se raréfier dans un certain nombre de contextes.

Les bouleversements des calendriers issus du développement de réunions Premium dans les régions tous les jours de la semaine sont venus compliquer le recrutement de bénévoles facilement disponibles n’importe quel jour de la semaine. Il est en effet difficile de concilier une vie professionnelle active et une collaboration bénévole un mardi ou un mercredi de manière régulière. Or le bénévolat ne saurait être le seul apanage de retraités enfin libérés d’un carcan professionnel. La difficulté est donc de plus en plus sensible pour recruter un nombre suffisant de commissaires à la fois compétents et disponibles.

Je suis donc bien conscient des limites de notre modèle mais je reste fondamentalement attaché au principe du bénévolat. J’entends ici ou là les arguments de ceux qui voudrait envisager une rémunération des bénévoles et j’ai été interrogé sur ce point. Ma réponse est nette : je considère que la rémunération des bénévoles conduirait à une mise en danger de nos équilibres.

Elle serait d’abord en contradiction même avec la notion de bénévolat qui fonde la Loi de 1901. Or ce socle associatif est essentiel pour le fonctionnement de notre association. Nos sociétés de courses perdraient le statut associatif et se trouveraient ipso facto dans une situation financière – et fiscale – compliquée. D’ailleurs, c’est méconnaître la situation budgétaire de nombre d’hippodromes pour imaginer qu’on puisse partout payer un président, un monsieur « sécurité » ou des commissaires. Quant à l’idée de ne rémunérer que les animateurs des sociétés les plus importantes c’est oublier que certains bénévoles donnent beaucoup plus de leur temps sur un « petit » hippodrome rural que sur l’hippodrome d’une grande métropole. Ayant siégé au Fond Commun des Courses, je peux témoigner du nombre de dossiers qui montrent qu’un box de passage sera monté par les membres du Comité ou que les barres d’appel seront réparées avec les moyens du bord.

Soyons clair, il ne saurait y avoir une distorsion entre le traitement des bénévoles selon l’importance de l’hippodrome. Je considère d’ailleurs comme un principe de management majeur que l’exemple doit venir d’en haut.

Une question, une remarque ?

N’hésitez pas à me contacter par mail via ce formulaire pour toute question ou information que vous voudriez me poser ou me transmettre.

CALENDRIER : CRÉER DES RENDEZ-VOUS

Nous avons tous fait l’expérience d’avoir à rechercher sur internet la date de telle ou telle réunion de courses et de découvrir un changement par rapport aux années précédentes. Autrefois, les choses étaient plus simples : [...]

OUVRIR L’ORGANISATION DE FRANCE GALOP VERS D’AUTRES HORIZONS

Parmi les critiques faites par les acteurs des courses sur le fonctionnement de France Galop à l’occasion de différentes enquêtes réalisées soit par des associations socioprofessionnelles soit par la Société-mère elle-même, le fait que France [...]

REDONNER A FRANCE GALOP UNE STATURE INTERNATIONALE

Grand pays de courses, la France a longtemps eu une voix respectée à l’étranger. L’administration de France Galop, emmenée par Louis Romanet et ses principaux collaborateurs jouait un rôle de leader dans les instances de [...]

POUR UNE DÉMARCHE QUALITÉ

Toutes les grandes entreprises recevant du public ont un service ou une direction chargée de piloter une démarche « Qualité ». J’ai souvent évoqué ce sujet avec les dirigeants de France Galop sans succès. Lors de la [...]

LA PROBLÉMATIQUE DE L’OBSTACLE

L’Obstacle est en danger. Je comprends mal la méthode Coué appliqué à la communication officielle de France Galop sur le thème « tous les indicateurs sont au vert ».  Et c’est hélas encore moins juste lorsqu’il s’agit [...]

LE CHEVAL, MOTEUR DE NOTRE PASSION

Le cheval, bizarrement, ce mot revient peu dans les programmes électoraux de tous bords. Or c’est bien le cheval qui nous rassemble, qui est le moteur de notre passion, la clé de notre image, la [...]

LOBBYING ?

Non, il ne peut s’agir d’un tabou. Toutes les grandes entreprises, toutes les organisations professionnelles ont un service dédié au lobbying habillement baptisé dans la plupart des cas « direction des affaires publiques ». Nous pas ! Et [...]

LA TRANSPARENCE : LE GAGE DE LA CONFIANCE

Notre écosystème est le point de rencontre de nombreux enjeux financiers et d’intérêts parfois divergents dont France Galop doit garantir à la fois l’équilibre et la parfaite honnêteté. Personne n’imagine investir dans un système dans [...]

LA CARTE DE FRANCE DES HIPPODROMES

Autant le dire clairement, je n’aime pas cette expression de « carte de France des hippodromes » qui a trop servi d’alibi pour ceux qui voulaient ouvrir un débat portant essentiellement sur la fermeture des hippodromes. Alors [...]

LE PRESIDENT DE FRANCE GALOP, ADMINISTRATEUR DU PMU

Être Président de France Galop c’est aussi être un administrateur majeur du PMU à parité avec le Trot. C’est une lourde responsabilité qui justifie notamment la disponibilité qu’il faut assumer pour garantir la bonne exécution [...]